Parlons-en

For the English version, click "EN" at top-right of the menu cliquez ici.


Il faut plus que jamais parler de santé mentale

Plus tôt cette semaine, c’était la journée Bell pour la Cause. Une fois par année, les Canadiens sont invités à joindre la conversation pour soutenir la santé mentale de tous et chacun. « Parler et aller chercher de l'aide, encore aujourd'hui c'est difficile pour certaines personnes. Mais pour moi, c'est un signe de force et ça m'a donné des outils pour passer à travers ces temps incertains. » Maxim Martin, humoriste

Pourquoi parler de nos problèmes de santé?

Il y a quelques années, j’étais réticente à partager mes problèmes de santé. Je souffrais d’insomnie et j’en parlais peu. L’insomnie était certainement le plus gros problème que j’avais, puisque qu’il a duré près d’une décennie. J’en parlais parfois à des membres de la famille ou des amies proches, mais sans plus.

Je me rappelle de conduire sur l’autoroute pour me rendre au travail. J'avais déjà un mal de tête puisque je n’avais presque pas dormi de la nuit. La lumière du jour était forte, Je devais me concentrer sur la route. Parfois, je ne dormais que 2-3 heures. Pour certaines nuits, je me souviens qu’il commençait à faire clair dehors, et je n’avais toujours pas encore dormi. C’était terriblement frustrant et je ne souhaite cela à personne.

À l’époque, je travaillais (je suis comptable de formation) pour une patronne très gentille. Il n’y avait pas vraiment de raison à garder secret mon problème de santé. Cependant, nous sommes élevés dans une société « fière »; nos problèmes, on les garde à la maison. De plus, peut-être que je gardais ça pour moi par peur que ça devienne un obstacle dans ma jeune carrière, qui sait?

Vers la fin de ma trentaine, j’ai commencé à être plus transparente au sujet de mon insomnie. Je l’avais mentionné à mon patron (un autre), ce que j’aurais dû faire bien avant. Il m’avait rassuré que je pouvais arriver plus tard au travail advenant une nuit terrible. Évidemment, je ne pouvais pas rentrer tard si j’avais une réunion importante le matin. Arriver plus tard, ce n’est pas quelque chose que je faisais souvent, mais le fait d’avoir cette option me rassurait. Si c’était le cas, je restais plus tard le soir pour reprendre le temps de travail. Je sais que c’est option n’est peut-être pas disponible pour tous, mais parfois, nous trouvons certaines alternatives en confiant nos problèmes.

Aujourd’hui encore, j’ai toujours des problèmes d’insomnie et je dois prendre un peu de médication. L’autre fois, j’ai tenté de rien prendre, mais je n’ai pas arrivé à dormir car j’avais des flashbacks de Zackaël et de l’accident.

Pourquoi ai-je commencé à en parler plus?

Je crois qu’avec l’âge, j’ai commencé à réaliser que c’était souvent préférable d’être transparente et vraie, surtout si nous avons certaines préoccupations. J’ai lu récemment qu’être vulnérable n’est pas une faiblesse, mais ça prouve une certaine maturité émotionnelle.

La vulnérabilité n'est pas une faiblesse

« À un certain moment de notre vie, nous réalisons que nous évoluons. Admettre que nous avons des difficultés pour ainsi demander de l'aide ne sont pas des signes de faiblesse mais des actes de courage. Le réaliser est une chose, mais aller plus loin et l'appliquer réellement démontrent un niveau de maturité supérieur.» Psychologue Cassandra Dunn,

Pourquoi écrire un blogue?

Suite à l’accident, je savais que partager nos émotions fait partie d’un processus de « deuil sain ». Il est souvent nuisible de garder nos émotions à l’intérieur. Quand Adélie était encore à l’hôpital, j’avais la chance de me confier à une travailleuse sociale, ce qui m’a énormément aidé. Cependant, même après un an, je devais continuer à en parler, pour moi et pour les autres.

En fait, je me rappelle que durant des mois, je me sentais seule dans mon deuil. Pas seule physiquement, mais seule émotionnellement. Oui, j’avais Carl (mon mari) dans ce deuil, mais c’était déjà lourd pour lui; il avait aussi son propre deuil à vivre. Je cherchais des témoignages de parents endeuillés en ligne. J'ai eu énormément de difficultés à trouver de pages personnelles de parents endeuillés, surtout au Canada. Ceux-ci semblent plus populaires en France. J’avais trouvé un groupe Facebook, mais pour certaines raisons, je ne sais pas si c’était ce que j’avais de besoin.

Il y avait aussi les groupes de soutien. Je ne sais pas combien de fois les gens m’ont dit d’aller à ces groupes. JE ne crois pas qu’ils peuvent comprendre qu’on n’est pas nécessairement près d’y aller, je n'avais pas le courage d’y participer. Quand on perd quelqu’un de très proche, on n'est pas nécessairement prêt à partager notre histoire et/ou entendre les histoires de beaucoup d'autres. On n'a pas beaucoup d'énergie et de patience. Pour ma part, je préférais lire en ligne quand j'avais d'humeur à le faire, au lieu de me rendre à une rencontre à une heure précise. De plus, ça me permettait d'être auprès d’Adélie qui était toujours hospitalisée.

En écrivant un blogue, j’ai pensé que ça pouvait certainement aussi aider d'autres personnes. Les blogues permettent de se connecter entre nous, surtout durant ces temps difficiles de pandémie. Ils permettent également de toucher en profondeur différents sujets à chaque semaine, tout en apportent une certaine perspective. Chacun peut lire les publications quand bon il semble, à n'importe quelle heure de la journée, ce qui est important en période de deuil.

Voici un extrait d’un message que j’ai reçu le mois dernier d’une maman qui a perdu récemment un jeune enfant :

« Allô Brigitte, merci pour tes bons mots. Il y a quelques jours, j’étais incapable de me rendormir et je suis allée lire tes blogs et ça m’a fait du bien. C’est très difficile en ce moment, j’ai beau me dire une journée à la fois, mais je les trouve longues et très difficiles... Pour ce qui est du groupe de parents sur Facebook, je trouve ça difficile 😓 de lire toute cette tristesse. Je ne sais plus ce qui est bon ou non. »

Pourquoi ça aide de parler de nos problèmes?

Des recherches de la Southern Methodist University suggère que d'écrire à propos des expériences traumatisantes ainsi que la thérapie par la parole ont un impact positif sur la santé et le système immunitaire d'un patient. L'étude soutient que retenir les pensées et les émotions cause du stress. En ayant des sentiments négatifs, vous devez travailler pour les réprimer. Cela peut taxer le cerveau et le corps, vous rendant plus susceptible de tomber malade ou simplement vous sentir plus mal.

Jusqu'à ce que ça t'arrive

Certains gens disent qu'ils garderaient leurs problèmes ou leurs émotions si des situations très difficiles arrivaient. C’est peut-être le cas, mais pas nécessairement. On ne pas présumer. Ceux qui disent « si une situation semblable m'arrivait, moi, je ne ferais pas cela » portent souvent un jugement, sans réellement savoir.

Pour ma part, jamais j’aurais pensé être une personne qui aurait parler de ses problèmes ouvertement. Écrire un blogue n’avait jamais été un projet que je pensais entrevoir un jour. Mais les situations nous changent. On devient plus vulnérable après certains événements, et aussi, en vieillissant.

Si les gens se sentent mal à l'aise de lire mon blogue ou de lire sur le deuil, c'est peut-être parce qu'ils n'ont jamais connu beaucoup de chagrin. S'ils ne sont pas à l'aise pour soutenir ceux qui ont des problèmes, c'est peut-être parce qu'ils n'ont jamais eu de «gros» problèmes. Ou peut-être que je me trompe?

Soutenir les autres

Avez-vous vu certains de vos proches ou amis écrire un message durant la journée Bell Cause? Je crois que c’est important de les appuyant en répondant en commentaires. Bravo pour le courage de ces gens. Ils démontrent non seulement leur vulnérabilité mais aussi leur maturité émotionnelle. C’est en parlant et s’entraidant qu’on pourra tous aller mieux.

Lady Gaga – Till It Happens To You, performance aux Oscars en 2016
Source : https://www.youtube.com/watch?v=0rufPMisw4o

C’est tout pour l’instant!
Merci de continuer à laisser des commentaires et de m’envoyer des messages, ils sont toujours appréciés!

Si vous souhaitez recevoir ma prochaine publication, vous pouvez cliquer sur «S'abonner par courriel».
Ou vous pouvez m'envoyer un message et je vous enverrai une invitation!

Sources :

https://www.newswire.ca/fr/news-releases/c-est-la-journee-bell-cause-pour-la-cause-votre-voix-compte-maintenant-plus-que-jamais-alors-que-nous-faisons-face-aux-repercussions-de-la-crise-de-la-covid-19-sur-la-sante-mentale-des-canadiens-856370523.html

https://centr.com/blog/show/7180/12-things-emotionally-mature-people-do

https://www.nytimes.com/2020/04/03/smarter-living/talking-out-problems.html


10 commentaires

  1. I love reading these. You write so well and the message is always so important, and this one in particular is so relatable to so many.

  2. Bravo Brigitte…another excellent post. The Lady Gaga song was very on point. When Zackael died the song Memories, by Maroon 5 was playing on the radio quite often. Whenever I hear that song I think of our sweet Zackael and it makes me miss him all over again. Keep being brave!

  3. Chère Brigitte, c’est toujours très touchant ces témoignages. Merci de t’ouvrir de la sorte afin d’aider les autres. C’est certainement le souhait de Zackaël qui t’accompagne à tout instant de la journée. Effectivement je suis bien d’accord avec toi mais l’hypersensibilité ou la vulnérabilité sont perçus comme des faiblesses. Peut-être que la COVID va remettre le monde à l’endroit? Peut-être qu’on va réaliser que l’essentiel pour rendre notre monde meilleur is when we care for one another… avec compassion et ouverture
    Je te félicite grandement pour cette belle initiative
    D’une cousine qui pense à toi

    1. merci Amélie pour ton appui continu et pour tes beaux messages, ils sont vraiment touchants. J’espère qu’effectivement il y aura encore des progrès en ce qui a trait la sensibilisation de la santé mentale. Je pense aussi à toi et à tout ce que tu as vécu avec ta perte.

  4. It’s very brave of you, and others who talk openly about their mental health and internal struggles. I’ve had my own struggles with mental health, yet have not found the courage to talk about it outside of my closest circles. But your blog is encouraging, and helpful to those who are struggling. 💚

    1. thanks so much Renée. It is hard to open up, but I think we realize that it can help. We would also realize that so many people have struggles, and therefore not alone in ours.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *